Caractères

techniques de

signature des terroirs

par entité

 

Les Blancs

Les grands sauvignons sont des vins secs, tranchants, porté sur les agrumes et à la longueur minérale. Ils ont besoin de pousser sans stress hydrique durable et brutal. Néanmoins il leur faut un climat relativement sec sur la fin de maturité pour ne pas rester vert et pouvoir murir progressivement. 

Le Domaine du Père léon cherche à vinifier des sauvignons à la juste maturité pour chercher à faire de grands vins fins

Les Sauvignons du domaine sont plantés au lieu-dit Merzelet à 450 m d’altitude sur les pentes d’un massif ancien cristallin érodé, altéré : recouvert pour partie par des grès arkosiques riches en fledspath.

Les racines des vignes prospèrent donc dans un mélange rare d’altérites de granites, de sables quartzeux ainsi que d’argiles ferrugineuses issues de la désagrégation des grès. En profondeur on retrouve la formation de keuper, des argiles barriolées quasiment pures et riches en minéraux rares, kobalt, manganèse.

Une nappe d’eau oxygénée de sub-surface draine le massif et passe sous les parcelles. 

Les sauvignons peuvent donc pleinement s’exprimer de par le fait que les vignes sont dans un sol relativement pauvre ; bien poreux et frais en été en lien avec l’altitude et l’humidité résiduelle de profondeur. C’est un terroir frais et marqué par la relation ferrugineuse de l’ensemble du sol.

Esclapaïres

Les syrahs de Vinezac sont réputées depuis les romains. La cuvée des esclapaires est issue d’une parcelle qui offre toutes les caractéristiques propices à l’expression de ce cépage.

La Parcelle est située sur une poche du Rhétien (208,5 - 201,3 Ma) formée de calcaire gréseux, et ou dolomitiques mélangés à des grès arkosiques. 

Le sol est composé principalement d’argile sméctitique au pouvoir gonflant important pour la rétention de l’eau et la libération de celle-ci en été. Ce sont des argiles ferrugineuses, rouges. On y observe également un puzzle de calcaires durs, siliceux résultant de la fusion du carbonate de calcium et de la silice des animaux marins de l’époque et des altérites de grès du trias. C’est enfin, un sol marqué par la chimie magnésienne qui aura un impact singulier sur l’aromatique, la persistance et la typicité des tanins.

Ce sont des terroirs aériens et très fins, à la maturité fine. 

Les 2 Bourrus

La cuvée des deux bourrus révèle la typicité des terroirs polygénétique calcaires très drainés. Nous sommes ici dans un ilot de calcaires spathiques de l’Hettangien 201,3 ± 0,2 à 199,3 ± 0,3 millions d'années qui reposent sur des anciennes argiles d’altération. Ce sont donc en surface,  des calcaires assez grossier, gréseux avec des fragments de coquilles de bivalves notamment, et ferrugineux. La parcelle est très caillouteuse, l’eau y est vite drainée pour être stockée en profondeur dans une bande d’argile du keuper comme pour les sauvignons. Les racines s’y installent pour aller chercher la fraicheur en été et permettre une continuité du cycle sans arrêt brutal. Plus les vignes sont vieilles plus le vins sera fin, en effet les vignes vont mettre en place une relation particulière d’échanges minéraux dans ces bandes argileuses.

 

La Paluche

La Paluche est une cuvée pensée pour extraire toute la concentration des grands terroirs calcaires.

C’est une parcelle implantée sur des Colluvions de Calcaires durs, gréseux à nodules de fer de l’Hettangien. Les colluvions sont des débris issus de l’érosion des massifs environnants. Ici ce sont des cailloux anguleux décimétriques de nature très calcaires. Ce paramètre procure un drainage intense du sol de surface et de profondeur qui pousse la vigne à s’enraciner très loin en profondeur et développer une relation fine avec la biologie du sol et le fer bien présent. Ce sont des sols qui produisent peu et qui demande au vigneron d’être très précis sur chacun de ces gestes notamment sur le nombre de grappe laissé en lien avec le millésime. La grande différence à noter par rapport à la cuvée des 2 bourrus qui sont sur des calcaires similaires, et l’absence de bande argileuse de profondeur. Ici le stress hydrique sera bien marqué, et la syrah révélera une concentration supérieure ainsi que des tanins plus francs. La vinification et l’élevage sont pensés comme pour l’affinage de cette concentration.